1888 Un Congrès scientifique à Oran


Au lendemain de la défaite de 1870, le redressement et la rénovation du pays sont à l’ordre du jour : la République a désormais besoin de ses savants, de ses ingénieurs, de ses industriels ; le développement de l’enseignement des sciences, de la recherche pure et appliquée, de la modernisation des techniques dans tous les domaines deviennent des priorités. C’est cet état d’esprit qui conduit un groupe d’Alsaciens “rapatriés” à créer, en février 1872, l’Association française pour l’avancement des sciences dont la devise, Par la science, pour la Patrie, résume l’ambition.

Ainsi sont organisés, chaque année dans une ville différente, des réunions « consacrées à l’exposition des faits nouveaux et à la discussion de toutes les questions intéressant les sciences pures et appliquées. » Ces Congrès connaissent un vif succès et donc un rapide développement car « les travaux appelleront les travaux, les découvertes de nouvelles découvertes et, dans les sessions suivantes, on reconnaîtra sans peine la trace des débats antérieurs. »

En 1881, le neuvième Congrès se tient à Alger où se retrouvent 1 159 participants et s’écoutent 316 communications. Oran ne pouvait être en reste : sa candidature, posée en 1886, est adoptée à l’unanimité : le dix-septième congrès de l’AFAS se tiendra du 30 mars au 3 avril. En voici l’histoire.


Télécharger le PDF