F. Denis – III Personnages de tous les temps (annuaire non exhaustif !)


Ferdinand Denis a longuement vécu – et, toujours, en société ; il a également beaucoup lu, beaucoup écrit, beaucoup retenu ; de sorte que deux mondes en lui cohabitent ; tous deux bien vivants : les anciens, ombres lumineuses, sources de savoirs ; les contemporains, d’ors et de chaires. Ce sont les hautes figures du passé, Dante, Camoens, les coureurs de fortune, les compagnons de jeunesse, les doctes, Mmes d’Agoult et Dupin, le grand Nourrit, George Sand, les da Silva (ou Sylva) qui sont nombreux, les rois et reines, Inès de Castro, les médecins arabes et les émirs andalous… meublent cet annuaire qui – est-il besoin de le préciser ? – est loin d’être exhaustif mais, me semble-t-il, suggestif : il témoigne de la diversité des centres d’intérêt de Denis qui n’est pas que le spécialiste du Brésil ou que l’historien des Indes orientales mais aussi l’explorateur des sciences occultes, le chroniqueur d’une France qui ne fut pas équinoxiale, le mémorialiste des Naufrages, le bibliophile…

De Pierre van der AA, éditeur hollandais spécialiste des voyages, à Francisco López de Zuñiga y Meneses, capitaine général du Chili, pacificateur des Araucans et victime du sabordage de l’Almirante en baie de Cadix ; des frères Abbadie d’Arrast, cartographes et linguistes, du père João Bermudez, médecin naturaliste à Charlemagne Théophile Lefebvre ou à Balthazar Tellez, tous en quête d’Abyssinie et de prêtre Jehan ; des juvéniles romantiques qui font la claque pour Victor Hugo aux nobles vieillards qui, cinquante ans après la première, applaudissent à la seconde représentation du Roi s’amuse ; de Mélanie Villenave, épigrammatique correspondante de Denis le Brésilien à Mélanie Waldor, muse romantique qui survécut à Dumas Antony et s’abandonna à Cavour… le monde de Ferdinand Denis est une fourmilière.


Télécharger le PDF